Climat et températures du Népal

Températures à Kathmandou haute saison (octobre - novembre - mars - avril - mai)

Les températures à Kathmandou en automne et au printemps sont comparables à l'été français. Il peut parfois faire très chaud en pleine journée avec le soleil. Notez que la mousson qui se termine vers le mois de septembre peut parfois se prolonger de quelques semaines... Un bon ciré est fortement remmandé.

Températures à Kathmandou en hiver (décembre - janvier - février)

Il fait généralement plus froid à Kathmandou qu'à Pokhara et encore plus froid que dans le Terai (Chitwan). Les matins et soirs d'hiver de décembre à février, il peut faire particulièrement froid. On peut facilement se réveiller avc des températures de 5 degrés. Le défi pour les Népalais comme pour les voyageurs est qu'il n'existe généralement aucun système de chauffage. Alors qu'il fait 5 degrés à l'exterieur, il peut faire 15 degré à l'intérieur. Heureusement, beaucoup de restaurant ont des foyers et les visiteurs aiment s'en approcher.

Températures à Pokhara haute saison (octobre - novembre - mars - avril - mai)

Les températurs à Pokhara peuvent être très chaude et particulièrement lorsque le soleil est très haut.

Températures à Pokhara en hiver (décembre - janvier - février)

Bien que les températures à Pokhara soient plus cémentes qu'à Kathmandou, il peut faire assez froid le soir, la nuit et le matin au mois de décembre, janvier et février. Déjà au début février, on peut sentir les températures s'adoucir et la chaleur revenir. au milieu janvier, on peut avoir des températures de 7-12 degrés la nuit et 20-25 en pleine journée.

Températures à Chitwan

Températures lors du trek

Climat général du Népal

Le climat du Népal varie beaucoup selon les régions et les saisons. La latitude du pays est environ équivalente à celle de la Floride, ce qui lui confère un climat tropical et subtropical dans la région du Teraï. Toutefois, en dehors de cette zone sans montagnes (Teraï), le climat est très différent. Les différences remarquables dans les conditions climatiques sont généralement liées à la différence d'altitude.

Zone climatiques du Népal

Selon Scholar Sharad Singh Negi, on pourrait identifier cinq zones climatiques au Népal en fonction de l'altitude: la zone de l'Arctique au-dessus de 4400 mètres d'altitude; la zone froide de 2.400 à 3.600 mètres d'altitude; la zone climatique subarctique de 3.600 à 4.400 mètres d'altitude; la fraîcheur de la zone tempérée de 1200 à 2400 mètres d'altitude; la zone tropicale et subtropicale de moins de 1.200 mètres d'altitude. Au niveau des régimes naturels de végétation ou des modes de distribution, l'altitude joue aussi un rôle primordial à considérer. Dans les endroits atteignant des sommets inférieurs à 1.200 mètres, la forme dominante de la végétation se compose de forêts tropicales et subtropicales.

L’altitude a aussi un impact sur les précipitations annuelles et sur les modèles de précipitations. Les précipitations annuelles moyennes tendent à augmenter à mesure que l'altitude augmente, allant parfois jusqu'à environ 3000 mètres, puis donnant des totaux annuels qui diminuent avec l'augmentation de l'altitude et la latitude. En plus de cette distinction latitudinale de la pluviométrie, deux autres modèles peuvent être discernés. Tout d’abord, étant donné le mouvement nord-ouest de l'humidité de la mousson d'été en charge, entre juin et septembre, le montant de la pluviométrie annuelle diminue généralement d'est en ouest. Cependant, il existe certaines exceptions, comptant des totaux de fortes pluies annuelles. À titre d’exemple, pensons à la vallée de Pokhara, au Népal central. Deuxièmement, l'extension horizontale des collines et des montagnes crée une condition humide sur la côte du sud-est et des pentes qui produisent une ombre pluviométrique imposante sur les côtés nord des pistes. L'aridité augmente avec l'altitude et la latitude, en particulier sur les versants nord et atteint son point culminant dans la région de l'Himalaya intérieur et sur le plateau tibétain. À l’est du Népal, on reçoit environ 2500 millimètres de pluie par année, tandis que dans la région de Katmandou les accumulations de pluies atteignent environ 1.420 millimètres, et à l'ouest du Népal, environ 1.000 millimètres.

L'Himalaya majestueux joue également un rôle primordial, en bloquant les avances nord-ouest de l'air humide et tropical de la baie du Bengale. Elle participe plutôt à la conversion de neige en pluie lors de la saison estivale. En hiver, la fameuse montagne empêche l'accès de l'air froid de l'Asie intérieure d'atteindre le sud du Népal jusqu’au nord de l’Inde, assurant ainsi des hivers plus chauds dans ces régions où le contraire pourrait être possible sans la présence de l’Himalaya.

La mousson au Népal

Par ailleurs, selon le cycle de la mousson, il existe des variations saisonnières jouant un rôle important dans les précipitations au Népal. Certains chercheurs divisent le cycle de la mousson en quatre saisons: la pré mousson, la mousson d'été, la post mousson, et la mousson d'hiver. La pré mousson se produirait généralement entre avril et mai et se caractériserait, selon eux, par des températures plus élevées, atteignant jusqu’à 40 ° C pendant la journée dans la région de Teraï et les basses terres des autres régions. Au cours de cette saison, les collines et les montagnes demeurent toutefois plus fraîches.

La mousson d'été se caractérise par un fort courant d'air humide provenant du sud-ouest, enchaînant avec la saison de pré mousson. Même si l'arrivée de la mousson d'été peut varier de plus d'un mois, au Népal, elle se fait généralement sentir au début du mois de juin, précédée par la foudre et des orages violents. Une fois qu’elle est bien installée, la saison de mousson d’été dure jusqu'à septembre, puis elle commence à disparaître doucement. Les plaines et l'Himalaya inférieur reçoivent près de 75% de leurs précipitations annuelles au cours cette saison estivale. La quantité de pluie de la mousson d'été diminue généralement du sud-est au nord-ouest tandis que l’humidité de l’air maritime devient progressivement plus sèche et moins dense. Même si le succès de l'agriculture dépend presque uniquement de l'arrivée opportune de la mousson d'été, les pluies abondantes provoquent périodiquement des problèmes tels que les glissements de terrain, de fortes inondations dans les plaines, des pertes ultérieures de terres agricoles, et d'autres propriétés et ce, sans parler des pertes de vies humaines et des grandes difficultés à la circulation des biens et des personnes. Inversement, lorsque des pauses prolongées se produisent pendant la mousson d'été, on constate une grave sécheresse dans le pays et la présence de la famine dans la plupart des foyers.

La mousson se termine de façon graduelle. Cette retraite amène à la disparition presque complète de l'air humide vers la mi-octobre, inaugurant ainsi un nouvel air frais, clair, un temps sec, ainsi que la période la plus agréable pour visiter le Népal. À cette époque de l’année, la récolte est terminée et les gens arborent une humeur festive, célébrant la fin des récoltes. C’est alors qu’ils ont droit aux deux plus grands et plus importants festivals hindous soit le Dashain et le Tihar, célébrés à environ un mois d'intervalle. La saison dure jusqu'à environ le mois de décembre pour faire la transition ensuite avec la mousson d’hiver.