Mal des montagnes

Conseils, informations et traitement

Les visiteurs qui veulent partir en randonnée sur l'Himalaya doivent se préparer à l'avance et se renseigner sur toutes les mesures de sécurité ; bien qu'on n'y prête pas souvent attention, le mal des montagnes est un des problèmes qui arrivent fréquemment. Ce malaise n'a aucune relation avec la santé physique du trekker ou de ses antécédents médicaux. Il peu causer la mort si aucune mesure n’est prise. Peu importe l’expertise du randonneur, le mal des montagnes touche un bon nombre de touristes au Népal. Dans les hautes altitudes, la pression atmosphérique est très basse, ce qui implique une quantité réduite d'oxygène. Le corps humain a des réactions symptomatiques et physiologiques lorsque qu'il est en manque d'oxygène. Parmi ces réactions physiques on retrouve ce qu’on appelle le mal des montagnes.

Le mal des montagnes dans les régions montagneuses du Népal

Comme le Népal est un pays montagneux, dont la partie nord est dominée par l'Himalaya et quatorze autres massifs qui sont parmi les plus hauts pics du globe, il est normal d'avoir une attitude d’y trouver plus de 26 000 pieds d’altitude. Le sommet le plus élevé de la chaîne himalayenne, le mont Everest, a une altitude d'environ 29 028 pieds et est considéré comme la meilleure destination pour les randonneurs et les alpinistes. Les touristes amateurs de voyages en montagne et de randonnées à pied ont toujours préféré le Népal. Certains randonneurs commencent à avoir le mal des montagnes au-delà d'une altitude de 3000 m. Les personnes normales ressentent généralement les premiers symptômes du mal des montagnes à partir d'une hauteur de 2200 à 2500 m au-dessus du niveau de la mer. Les signes de ce malaise peuvent varier d'une personne à une autre. Le développement du mal des montagnes est conséquent au fur et à mesure de l'ascension ; plus une personne restera en hautes altitudes, plus elle aura de chances de subir le mal des montagnes. C'est pour cette raison qu'il est important de se faire accompagner par un guide expérimenté qui saura prendre les bonnes décisions.

C'est sur la chaîne himalayenne que la plupart des touristes ressentent le plus souvent le mal des montagnes. Le mal des montagnes peut se révéler dangereux et causer la mort dans certains cas. Environ 4 % du taux de décès sont signalés à des altitudes de plus de 7000 m.

Causes et les conséquences du mal des montagnes

Chaque organisme réagit de manière différente à la baisse de pression atmosphérique. Le mal des montagnes survient alors lorsqu'un individu se déplace vers une plus haute altitude rapidement et y rester pour plus d'un jour ; l'effet serait même plus intense si la personne ne s'y est pas acclimatée à l'avance. Les performances physiques d'une personne n'ont rien à voir avec le mal des montagnes, même l'athlète dans ses meilleures conditions physiques pour faire face aux symptômes du mal des montagnes. Il faut aussi noter que c'est d'habitude les personnes normales qui souffrent le plus de mal des montagnes en accélérant le vitesse de l'ascension.

La baisse de la pression d'oxygène affecte notre pouls et notre respiration, cela a des effets sur le rythme cardiaque et sur le nombre et la taille des globules rouges. Hormis cela, il y a plein d'autres conséquences comme : la montée de la pression sanguine dans les poumons, le changement de pH du sang, un trouble dans l'équilibre des fluides corporels et des électrolytes, du sang ou des œdèmes dans les tissus et les vaisseaux.

Les touristes doivent faire très attention aux symptômes suivants lors des expéditions dans les chaînes himalayennes ; des maux de tête sévères et durables qui ne peuvent être soignés avec les analgésiques, des nausées qui entraînent des vomissements, l'étourdissement et la difficulté de trouver l'équilibre peu importe la direction, des troubles de vision et de perception de la distance, une forte tension dans la poitrine, pouls et respiration irréguliers, inflammation sous-cutanée parfois sous les yeux ou dans les mains et chevilles.

Afin d'éviter ce genre de désagrément, il est recommandé de prendre tous les médicaments nécessaires avant d'aller en expédition sur les hautes altitudes du Népal. Toutefois, le guide en charge de la randonnée met le plus souvent en garde les touristes contre les dangers du mal des montagnes. Il est à rappeler que personne ne résiste aux effets du mal des montagnes, que ce soit un randonneur expérimenté, un sportif ou un membre du personnel médical

Solutions au mal des montagnes

Il n’existe que deux solutions pour le mal des montagnes. S’il est de bas niveau, il suffit de prendre le temps et de marquer une pause d’une journée afin que le corps s’habitue à la montée. Lors de cette journée de « repos », il peut être aviser de monter un peu puis, de redescendre. L’autre solution (en cas de vomissement sévère et d’étourdissement plus intense) est de redescendre le plus rapidement possible.